Les cabanes du moulin

Du 20 au 21e siècle

Profitant de la proximité du chemin de fer récent (1889-1947) et de la présence du bois, le nouveau propriétaire Monsieur Henry Lederlin, y installe 2 usines : usine F comme Fer « Forge- estampage- matriçage de pièces pour les compagnies de chemin de fer- pièces forgées diverses » et usine B comme Bois « scierie-menuiserie mécanique-jouets en bois tourné- manches à balai-manches divers ».

Ces usines font faillite en 1927. L’usine fabriquera ensuite du parquet, des talons de chaussure, des transats, puis des queues de casseroles et enfin des cocottes. Puis elle sera une imprimerie, et même une infirmerie et cessera toute activité en 1960. Elle sera alors abandonnée quelques temps, puis reprise par un architecte parisien qui la fera détruire sur 3 hivers, celle ci étant désaffectée, les décombres combleront alors une grande partie du bief, laissant la maison d’habitation (descendue d’un étage) et d’autres bâtiments : un pigeonnier (ancien logement du contremaître de l’usine, également descendu d’un étage) et une dépendance qui était le départ d’une enfilade de plus de 30 m de constructions nommés « les grands logis » et qui servaient comme son nom l’indique, de logements pour les ouvriers, mais aussi de forge, de stockage de bois pour l’usine, que les calèches du Moulin acheminaient depuis la gare proche, l’ancien « tacot » qui reliait alors la Ferté sous Jouarre à Montmirail, et faisait une halte « Busserolles ». Il demeure des calèches la trace du passage des lourdes roues sur les allées de pavés anciens, et les célèbres « bornes chasse-roues » à l’entrée et sur les bâtiments.Un médecin, le Dr Jean-Louis Brault, s’installe ensuite en 1966 dans la maison auquel il ajoutera un cabinet médical attenant, et en partie à l’endroit précis où se situait l’ancienne usine, et d’où il exercera pendant de nombreuses années comme médecin de campagne. Il lui arrivait même de visiter ses patients à cheval !
C’est en 2003 que de jeunes passionnés reprennent le domaine, et en 2013 que ses portes s’ouvrent à nouveau aux visiteurs, avec le projet des cabanes perchées, pour faire partager à tous le rêve de chacun…